03 mai 2021
Semaine internationale de l'ostéopathie 2021

La semaine internationale de la santé ostéopathique 2021 se déroule du 2 au 8 mai 2021.
Cet événement de sensibilisation vise à rassembler la communauté mondiale des ostéopathes et des médecins ostéopathes pour célébrer et promouvoir l'ostéopathie.

Le thème de cette année est «Bougez mieux grâce à l'ostéopathie».

Osteopathie.be a lancé un communiqué de presse pour promouvoir la profession, et met à disposition une série de ressources sur les réseaux sociaux que ses membres pourront partager au cours de la semaine.

Partagez votre expérience !

Nous avons mis en ligne à cette occasion notre nouvelle video, partagez-là !

Faites-part de votre expérience avec l'ostéopathie via les réseaux sociaux.
Utilisez le hashtag #IOHW2021 dans vos posts.
(IOHW = International Osteopathic Healthcare Week)

Utilisez également les visuels mis à votre disposition.

N'oubliez pas de relayer nos posts facebook et notre page facebook tout au long de la semaine.

Plus en détails

L’OIA (Osteopathic International Alliance), principale organisation pour la promotion et l’unité de la profession d’ostéopathe à travers le monde a déclaré la première semaine du mois de mai semaine internationale de l’ostéopathie. L’OIA souhaite attirer l’attention sur la part croissante qu’occupe cette médecine manuelle occidentale dans les soins de santé. Dans le monde, de plus en plus de personnes ont recours à l’ostéopathie et ce dès la naissance jusqu’à un âge avancé. Il n’y a qu’en

Originaire des Etats-Unis d’Amérique

L’ostéopathie a vu le jour dans le nord-ouest des Etats-Unis vers 1870. En 1892, A.T. Still, un médecin de campagne, a fondé la première école et premier hôpital à Kirksville (Missouri). En désaccord avec les principes archaïques de la médecine de l’époque, il s’est principalement focalisé sur la santé globale du patient. Il a essayé d’améliorer la circulation sanguine en libérant manuellement le système locomoteur, menant ainsi à la guérison. Aux Etats-Unis, les « doctors of osteopathic medicine (DO) » sont mis sur le même pied d’égalité que les « medical doctors (M.D.) ». Ils poursuivent parfois même leurs études pour se spécialiser (comme chirurgien par exemple). Aux Etats-Unis, il y a environ 151.000 D.O. ’s, représentant ainsi 11% des médecins. Le médecin personnel de l’ex-président Donald Trump et celui de l’actuel président Joe Biden sont tous deux ostéopathes D.O. Malheureusement, l’aspect typiquement manuel de la profession est un peu passé en arrière-plan. Pourtant, combiné à une approche médicale personnalisée, cet aspect forme la base de la profession.

L’ostéopathie dans le monde et en Europe

J.M. Littlejohn, élève de Still, a tenu le rôle de pionnier en Europe en créant en 1917 la British School of Osteopathy à Londres. Il a perfectionné la profession en accordant plus d’attention aux paramètres physiologiques et neurologiques. Cependant il faudra attendre 1996 pour que l’ostéopathie soit enfin reconnue comme profession de santé au Royaume-Uni.

Ce n’est qu’entre les deux guerres mondiales que l’ostéopathie s’est répandue dans le reste de l’Europe et du monde. Contrairement à la situation aux Etats-Unis, la plupart des ostéopathes en Europe et dans le reste du monde ne sont pas médecins. Ils ont généralement suivi une autre formation (para)médicale pour ensuite se reconvertir comme ostéopathe ou, de plus en plus souvent, ils suivent une formation à temps plein d’ostéopathe.  Les droits en matière d’exercice de la profession peuvent être très différents. L’ostéopathie est officiellement reconnue comme profession des soins de santé dans 11 pays européens et dans la plupart des régions du Commonwealth. Les patients sont libres de consulter un ostéopathe sans prescription médicale, mais dans la plupart des pays, sans remboursement de l’assurance maladie de l’Etat.

 

Et en Belgique ?

Les premiers ostéopathes ont fait leur apparition en Belgique dans les années 1970. Les premières années, certains d’entre eux ont été poursuivis pour exercice illégal de la médecine, mais sans que cela n’aboutisse. Grâce à loi Colla, en 1999, l’ostéopathie est reconnue comme médecine non-conventionnelle. Plus de 20 ans plus tard et après avoir vu passer sept ministres de la Santé publique, la profession est toujours dépourvue de réglementation. L’ostéopathe et le patient doivent encore être reconnus et protégés. La Belgique compte plus de 2000 ostéopathes actifs qui soignent environ un million de Belges chaque année, principalement pour des problèmes musculo-squelettiques et en particulier de la colonne vertébrale. Le nombre de patients augmente chaque année d’environ 5%. On estime le nombre de consultations annuelles à entre quatre et cinq millions. Une intervention limitée est prévue par les mutualités sous couvert de l’assurance complémentaire.

Depuis 2004, l’ostéopathie est enseignée en Belgique francophone par une formation de six ans à l’ULB. En Flandre, malgré l’insistance répétée de la profession, les universités refusent encore pour l’instant de mettre en place une formation en ostéopathie. Des enseignements privés qui collaborent avec des universités étrangères donnent des formations de type Master.

En 2008, Lieven Annemans, professeur en économie de la santé à l’UGent et son équipe ont démontré que l’ostéopathie est efficace et qu’elle génère une économie de coûts pour les douleurs cervicales et du bas du dos. De plus en plus d’études confirment que l’ostéopathie est une médecine efficace et sûre pour toutes les tranches d’âge.

Vous trouverez plus d’information, ainsi qu’une liste d’ostéopathes qualifiés sur notre site web www.osteopathie.be.