21 avril 2020
Dos bloqué ? Votre ostéopathe peut-il vous recevoir ?

Bien que plus d'un million de Belges consultent un ostéopathe chaque année, à la mi-mars, le gouvernement fédéral n’a pas jugé nécessaire d’édicter des directives corona spécifiques pour les ostéopathes. Sans directives officielles ni octroi de matériel de protection, l’Union Professionnelle des Ostéopathes de Belgique (Osteopathie.be) a alors décidé d’établir elle-même des consignes pour ses membres.

Nous avons donc immédiatement mis en place des recommandations strictes pour les ostéopathes. Mi-mars, nous avons conseillé à nos membres, professionnels de la santé responsables, de fermer leurs cabinets et de suivre scrupuleusement l’appel général à la distanciation sociale. Étant donné qu’un traitement ostéopathique nécessite un contact physique étroit entre l’ostéopathe et le patient, la fermeture des cabinets s’imposait pour éviter la propagation du coronavirus. Seuls les traitements urgents de patients asymptomatiques du covid-19, travaillant dans des secteurs vitaux des soins de santé, dans la filière alimentaire, la logistique, etc. pouvaient encore être envisagés, et ce uniquement après une anamnèse approfondie par téléphone et en respectant soigneusement les mesures d’hygiène. Nous avons également pris contact avec des sociétés médicales fiables qui pourraient fournir des masques certifiés et autre matériel de protection à nos membres.

Aujourd’hui, un mois est passé et depuis une semaine, nous constatons que les demandes de rendez-vous augmentent. Inévitablement la pression et l’envie de rouvrir graduellement les cabinets augmentent aussi. Ce n’est pas parce que les patients souffrant de maux de dos aigus ont déserté les services des urgences, que plus personne ne se retrouve bloqué du dos. Ces personnes tentent de se soigner tant bien que mal avec des anti-douleurs et d’autres moyens leur permettant d’éviter de se rendre aux urgences ou chez le médecin traitant. Mais, dans la plupart des cas, notre groupe professionnel en fait le constat clair, le report des soins n’entraine pas de guérison, au contraire ! D’autre part, nous constatons aussi que le nombre de demandes de soins émanant de professionnels de la santé (infirmiers/ières des soins intensifs par exemple) augmentent aussi.

Les ostéopathes ont rédigé des directives d’hygiène claires et disposent du matériel de protection adapté. Étant donné que la progression de la pandémie dans notre pays ralentit, il ne nous semble plus aujourd‘hui nécessaire de refuser toute demande de traitement. Les patients souffrant d’un problème aigu les empêchant de fonctionner normalement peuvent, sous certaines conditions, faire appel à leur ostéopathe. Les autres professionnels de soins de santé restent prioritaires et ne doivent pas hésiter à faire appel à notre profession. Nous voulons manifester concrètement notre soutien, en plus des applaudissements quotidiens.


Le conseil de direction