Histoire de l'union professionnelle

En Belgique, la pratique de l'ostéopathie remonte au début des années 1970. Notre association est née de la volonté de ces pionniers, formés à l’étranger, d’installer et de défendre cette nouvelle profession en Belgique. Depuis toujours, Osteopathie.be est en première ligne pour défendre les intérêts de la profession tant dans le domaine législatif, éducatif, social que scientifique.

1975

Les premiers praticiens formés en Angleterre fondent la « Société de Recherche en Thérapie Manuelle » qui devient en 1976 la « Société Belge d'Ostéopathie et de Recherche en Thérapie Manuelle » (SBO-RTM).

1976

La première formation belge en ostéopathie (IWGS) est initiée. Diverses autres formations privées verront le jour à partir des années 80 et avec elles naitront aussi d’autres associations professionnelles.

1978

Les ostéopathes formés en France créent l'« Association Belge de thérapie Manuelle » qui devient l’ «Association Belge des Ostéopathes » (ABO) en 1982.

1981

Revendiquant un statut de profession médicale pour l’ostéopathie, l’association désire que les soins puissent être accessibles à tous. La SBO-RTM met en place les Dispensaires sociaux d’ostéopathie.

1986

La SBO-RTM et l’ABO fusionnent pour devenir la "Société Belge d'Ostéopathie" (SBO-BVO).

L’Académie d’Ostéopathie de Belgique est constituée le même jour afin, entre autres, de déterminer des critères de qualité pour l’enseignement de l’ostéopathie.

Déjà désireuse d’organiser un enseignement universitaire en ostéopathie, la SBO met en place une formation sur le campus de la Vrije Universiteit Brussel (VUB).

1991

La SBO met en place le premier Code de déontologie des ostéopathes.

1993

Le conseil d’Etat octroie le statut juridique d’union professionnelle reconnue à la SBO.

1995

Création de l’asbl Registre Belge des Ostéopathe (ROB).

1996

La profession est officiellement représentée par la Société Belge d'Ostéopathie, auprès des organes consultatifs des Classes Moyennes. Elle sera ensuite agréée par le conseil supérieur des Indépendants (1999).

L’Unie van Osteopaten (UVO) reçoit le statut officiel d’union professionnelle reconnue.

1997

C’est au tour du Registre Belge des Ostéopathes de Belgique (ROB) d’obtenir le statut officiel d’union professionnelle reconnue.

Le Ministre de la Santé Marcel Colla réunit une table ronde en vue de discuter d’un avant-projet de loi pour reconnaitre les médecines non conventionnelles. Les unions professionnelles reconnues y sont représentées.

1999

La Loi-Colla qui reconnait les pratiques non conventionnelles est publiée le 29-04-1999 au Moniteur belge.

Au mois de mai, la Fédération des Mutualités Socialistes annonce publiquement qu'elle va assurer dans le cadre des primes complémentaires, un remboursement partiel des honoraires d'ostéopathie. Elles seront petit à petit suivies par les autres organismes mutualistes.

Cette même année l’Association Belge des Ostéopathes Classiques (ABOC-BAKO) obtient le statut officiel d’union professionnelle reconnue.

2002

A l’initiative de la SBO, le Groupement National représentatif des Professionnels de l’Ostéopathie (GNRPO asbl) est créé afin de réunir les différentes unions professionnelles d’ostéopathes reconnues (MB 2003). Le système de garde national et la formation continue sont remis à la compétence du groupement.

2003

Au 1er janvier, toutes les Mutuelles du pays s'aligneront pour se référer au listing du GNRPO. Ceci signifie que seuls pourront bénéficier d'un remboursement partiel des honoraires, les patients soignés par un Ostéopathe DO qui, par son affiliation à une Union Professionnelle reconnue, est membre du GNRPO.
Cependant, par manque de législation concernant l'exercice de l'ostéopathie et sous la menace d'une plainte pour discrimination, les mutuelles sont bientôt obligées d'aussi octroyer le remboursement aux kinésithérapeutes qui effectuent des actes ostéopathiques.

Le ROB obtient enfin son statut officiel d’union professionnelle reconnue.

Le ministre de la Santé agrée les organisations de pratiques non conventionnelles dont la SBO, l'ABOC, l’UVO et le ROB par Arrêté Royal le 10 février 2003.

2004

Le décret de la Ministre de l’Enseignement supérieur de la Communauté Française accorde à l’ostéopathie le grade académique de « Master Complémentaire ». L’Université Libre de Bruxelles (ULB) en profite pour mettre en place avec nos délégués un projet de cours spécifique d’ostéopathie. Cette première année académique 2004-2005 se poursuivra en une formation de 6 ans au terme de laquelle sera délivré un diplôme de « Master Complémentaire en Ostéopathie ».

2007

Le 26 octobre, le GNRPO organise les Etats-Généraux de l'Ostéopathie à Bruxelles. Il en ressort une volonté commune de la part des professionnels participants : L'ostéopathie doit être une profession indépendante, de 1ère intention et complémentaire dans les soins de santé de 1ère ligne.  Elle devra découler d'une formation universitaire.

2008

En mai, une convention est établie entre les Unions professionnelles d'ostéopathes et les mutualités qui définit les conditions de leur intervention dans le remboursement des honoraires pour les patients des professionnels de l'ostéopathie. La condition est de délivrer dorénavant aux patients une attestation officielle proposée par les mutuelles.

Le GNRPO devient officiellement membre de l'Union Nationale des Professions Libérales et Intellectuelles de Belgique (UNPLIB). Il introduit alors une requête en protection du titre professionnel d'ostéopathe auprès du ministère des Classes Moyennes. Ce dossier n’aboutira pas.

D'autre part, les arrêtés d'exécution de la loi Colla n'étant toujours pas passés, en mai 2008, deux organisations d'ostéopathie (le ROB et l’IAO) assignent l’Etat belge en justice.

2009

L’Etat est condamné à appliquer la loi Colla sous peine d’astreintes.
Le Ministère de la Santé (L. Onkelinx) demande un audit sur l’ostéopathie en Belgique. Le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) nomme plusieurs experts parmi nos membres et effectue cette étude. Les résultats sont publiés en 2010 (Rapport 148/B).

2011

La ministre Onkelinx a composé et institué les Chambres pour les médecines non conventionnelles et la Commission paritaire prévues dans la loi Colla (1999). La chambre d'Ostéopathie est active dès Octobre 2011 et se penche chaque mois sur les thèmes qui doivent être négociés : la définition de l'ostéopathie, les actes autorisés, la formation, l'enregistrement des professionnels, etc. Elle formule des avis qui sont transmis à la Commission Paritaire qui à son tour va les commenter et rendre ses conclusions au ministre. L'ensemble de la procédure s’achèvera en 2013 avec la législature en cours.

2014

La proposition de la ministre de la santé pour enfin reconnaître les ostéopathes est rejetée par un seul parti. Seul l’exercice de l’homéopathie est réglementé.

Fin 2014, à l'issue de deux ans de coopération au sein de la Chambre d'Ostéopathie, diverses associations professionnelles ont pris conscience de l'importance d'une coopération étroite. Après plusieurs mois de travail, l’ABOC, le ROB et la SBO ont décidé de s'unir sous le nom « Union Professionnelle des Ostéopathes de Belgique » (UPOB-BVBO).
Le conseil d'administration sera composé à parts égales dans les deux premières années suivant la fusion afin que tous les membres des différentes associations se sentent représentés.

Sous la législature de Maggie De Block, l’union devra sortir toutes ses armes pour empêcher que les prestations en ostéopathie ne soient mises sous prescription médicale (et toujours sans remboursement).

Des contacts étroits sont pris avec les Mutualités socialistes et le Collège Intermutualiste National (NIC) dans l’idée de créer un registre national autonome pour les ostéopathes.

2016

L’UPOB demande l’annulation de la TVA pour les professions médicales à la cour constitutionnelle.  Le procès est lancé.

2017

L'UVO intègre à son tour l’UPOB. Cela fait de l’UPOB la plus grande association professionnelle d'ostéopathes belges avec quelques 900 membres.

Au vu des différentes fusions, l'existence de l'asbl GNRPO n'est plus d'actualité en tant qu'association faîtière et sera réformée en 2018 en tant que coordinateur de la formation continue et des gardes.

2018

L’UPOB rejoint l’UNIZO en attendant d'être inclus dans la Federatie Vrije Beroepen (FVB). Cette plateforme d'intérêt est un acteur important vis-à-vis du gouvernement.

Dès 2017, l’UPOB investit dans une collaboration avec l’UGent (prof. L. Annemans) et publie en 2018 des articles scientifiques qui démontrent que l’ostéopathie est efficace et rentable pour les douleurs cervicales et lombaires.

Une convention est signée avec l’ULB pour financer un travail de recherche visant à la compréhension des modèles d’intégration de cette profession dans des équipes multidisciplinaires au sein des maisons médicales.

2019

Nous avons décidé de nous présenter sous la marque « Osteopathie.be » afin d’augmenter notre impact médiatique dans toutes les régions du pays.

Une étude iVox est financée pour déterminer ce que sait le Belge de l’ostéopathie.

2020

Osteopathie.be devient membre de l’UCM, l’association sœur francophone de l’UNIZO.

Le gouvernement Wilmes I est obligé, suite à un arrêt de la Cour européenne, à supprimer la loi TVA existante (de 2015) et à exonérer tous les ostéopathes.

La Covid nous frappera tous au printemps 2020. Osteopathie.be s’assure que ses membres reçoivent des directives correctes et soient inclus dans les compensations offertes par le gouvernement.

Cela n’empêchera pas Osteopathie.be de s’adapter aux technologies de pointe et de vivre une refonte complète de son site. Un nouveau graphisme, une nouvelle newsletter et un magazine sont créés.

2021

En avril, nous organisons un congrès international en ligne sur l'ostéopathie pour les nourrissons et les prématurés qui a accueilli 220 participants de 12 pays différents.

En novembre, un accord est conclu avec la VUB pour mettre en place une chaire de 4 ans, dans l'intention d'organiser ultérieurement un enseignement universitaire en Flandre.

Le siège de l'EFFO (l'association faîtière européenne) est transféré à notre secrétariat à Bruxelles.