Histoire de l'union professionnelle

Notre union professionnelle est née avec les tous premiers ostéopathes belges dans les années 70. La nécessité de se regrouper afin de représenter et défendre la profession d'une seule et unique voix s’est très vite posée et reste d’actualité.

En Belgique, la pratique de l'ostéopathie remonte aux années 1970. Les premiers ostéopathes se forment en Grande-Bretagne, à l'Ecole Européenne d'Ostéopathie. Les premiers praticiens créent la "Société Belge d'Ostéopathie et de Recherche en Thérapie Manuelle" en 1975. A la même époque, on assiste à la naissance d'écoles similaires sur le territoire français et ensuite en Belgique. Ces ostéopathes créent l'"Association Belge des Ostéopathes".
Ces deux associations fusionnent le 16 septembre 1986, lors de leurs Etats Généraux à Louvain-La-Neuve, et deviennent la "Société Belge d'Ostéopathie".

Le Conseil d’Etat agrée cette société en tant qu’Union Professionnelle le 26 mai 1993.

En 1995, le registre Belge des Ostéopathes (ROB) voit le jour sous forme d’asbl.

Le 12 mars 1996, le Ministre Pinxten accorde à la Société Belge d'Ostéopathie - UP, la représentation auprès des organes consultatifs des Classes Moyennes.

En séance plénière du 29 mai 1997, le Parlement Européen demande à la Commission de s'engager dans un processus de reconnaissance des médecines non-conventionnelles dont notamment l'Ostéopathie.
Emboîtant le pas à la résolution votée par le Parlement Européen et suite à notre volonté de faire réglementer la profession d'Ostéopathe, le Ministre de la Santé Publique, Marcel Colla, décide fin août 1997 de rassembler les différentes professions auxquelles il souhaite donner un statut. Il s'agit de l'ostéopathie, l'homéopathie, la chiropraxie et l'acupuncture.

Immédiatement après l'adoption du Projet de Loi du Ministre Marcel Colla (PS) par le Sénat, le 22 avril 1999, la Société Belge d'Ostéopathie sollicite d'être enregistrée comme organisation représentative auprès de la Commission Paritaire et de la Chambre d'Ostéopathie.

Au mois de mai 1999, la Fédération des Mutualités Socialistes annonce publiquement qu'elle va assurer dans le cadre des primes complémentaires, un remboursement partiel des honoraires d'ostéopathie. En cela, elles seront petit à petit suivies par les autres organismes mutualistes qui s’aligneront sur cette décision.

C’est aussi en 1999 que l’Association Belge des Ostéopathes Classiques (ABOC-BAKO) reçoit le statut officiel d’union professionnelle.

En 2000, la Ministre de la Santé, Magda Aelvoet décide de faire un premier pas vers la reconnaissance de certaines organisations professionnelles d'homéopathie, d'acuponcture, d'ostéopathie, de chiropraxie afin que les autorités puissent enfin disposer de vraies bases de discussion pour les négociations.
Jef Taverniers succède à Magda Alvoet et reconnaît les organisations de pratiques non conventionnelles dont la SBO-BVO, l'ABOC et le ROB par Arrêté Royal le 10 février 2003.

Le 27 janvier 2002
, Claude Rousseau, DO (Vice-président de la Société Belge d'Ostéopathie et Secrétaire général de la Fédération Européenne des Ostéopathes) fonde sur base de critères précis dans les domaines socioprofessionnels et académiques le Groupement National Représentatif des Professionnels de l'Ostéopathie (GNRPO asbl). Les Unions Professionnelles reconnues par le Conseil d'Etat décident d'adhérer au GNRPO.
Le 22 juin 2002, le GNRPO représente 5 Unions Professionnelles.

Au 1er janvier 2003, toutes les Mutuelles du pays s'aligneront pour se référer au listing du GNRPO. Ceci signifie que seuls pourront bénéficier d'un remboursement partiel des honoraires, les patients soignés par un Ostéopathe DO qui, par son affiliation à une Union Professionnelle reconnue, est membre du GNRPO.
Cependant, par manque de législation concernant l'exercice de l'ostéopathie et sous la menace d'une plainte pour discrimination, les mutuelles sont bientôt obligées d'aussi octroyer le remboursement aux kinésithérapeutes qui effectuent des actes ostéopathiques.

Les Statuts de l'asbl GNRPO ont été signés fin 2003.

Cette même année 2003, le ROB obtient enfin son statut officiel d’union professionnelle.

Au printemps 2004, le décret de la Ministre de l’Enseignement supérieur de la Communauté Française, Madame Françoise Dupuis, accorde à l’ostéopathie le grade académique de « Master Complémentaire ». L’Université Libre de Bruxelles (ULB) en profite pour ouvrir, dès la rentrée de l’année académique 2004–2005, une première année d’un cours spécifique d’ostéopathie qui se poursuivra en une formation de 6 ans au terme de laquelle sera délivré un diplôme de « Master Complémentaire en Ostéopathie ».

Le 26 octobre 2007, le GNRPO organise les Etats-Généraux de l'Ostéopathie à Bruxelles. Il en ressort une volonté commune de la part des professionnels participants :- L'ostéopathie doit être une profession libérale, de 1ère intention et complémentaire dans les soins de santé de 1ère ligne. - Elle devra découler d'une formation universitaire. En mai 2008, une convention est établie entre les Unions professionnelles d'ostéopathes et les mutualités qui définit les conditions de leur intervention dans le remboursement des honoraires pour les patients des professionnels de l'ostéopathie. La condition est de délivrer dorénavant aux patients une attestation officielle proposée par les mutuelles.
Le GNRPO devient officiellement membre de l'Union Nationale des Professions Libérales et Intellectuelles de Belgique (UNPLIB) en 2008. Il introduit alors une requête en protection du titre professionnel d'ostéopathe auprès du ministère des Classes Moyennes (Sabine Laruelle).
D'autre part, les arrêtés d'exécution de la loi Colla n'étant toujours pas passés, en mai 2008, deux organisations (le ROB et l’IAO) d'ostéopathie assignent l’Etat belge en justice.

En 2009, le Ministère de la Santé (L. Onkelinx) demande un audit sur l’ostéopathie en Belgique. Le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) effectue cette étude et les résultats sont publiés en 2010.

Malgré la condamnation de l'Etat (en février 2010) à appliquer la loi Colla, la légalité de la pratique de l'ostéopathie, demeure à ce jour incertaine.

En 2011, la ministre Onkelinx a composé et institué les Chambres pour les médecines non conventionnelles et la Commission paritaire prévues dans la loi Colla (1999). La chambre pour l'Ostéopathie est active depuis Octobre 2011 et se penche chaque mois sur les thèmes qui doivent être négociés : la définition de l'ostéopathie, les actes autorisés, la formation, l'enregistrement des professionnels, etc. Elle formule des avis qui sont transmis à la Commission Paritaire qui à son tour va les commenter et rendre ses conclusions au ministre. L'ensemble de la procédure devrait être achevée pour l'été 2013.

En 2012, le GNRPO asbl est devenu membre du VOKA's Healthcommunity (Vlaams Network van Ondernemingen - Réseau d'entreprises flamand). Cette organisation veut former un lien entre les entrepreneurs flamands et des penseurs novateurs dans les soins de santé.

Fin 2014, à l'issue de deux ans de coopération au sein de la Chambre d'Ostéopathie, diverses associations professionnelles ont pris conscience de l'importance d'une coopération étroite. Après plusieurs mois de travail, BAKO, ROB et BVO ont décidé de s'unir sous la bannière du UPOB.
Le conseil d'administration sera composé à parts égales dans les deux premières années suivant la fusion afin que tous les membres des différentes associations se sentent représentés.

Au début de 2017, l'UVO fusionne avec le BVBO. Cela fait du BVBO la plus grande association professionnelle d'ostéopathes belges avec environ 900 membres. BVBO rejoint UNIZO en attendant d'être inclus dans la Fédération des Professions Libres. Cette plateforme d'intérêt est un acteur important vis-à-vis du gouvernement. Au vu des différentes fusions, l'existence de l'asbl GNRPO n'est plus d'actualité en tant qu'association faîtière et sera réformée en 2018 en tant que coordinateur de la formation continue et des gardes.

Depuis 2019, nous avons décidé de nous présenter sous la marque « Osteopathie.be » afin d’augmenter notre impact médiatique dans toutes les régions du pays.
À l'automne 2020, le style graphique Osteopathie.be changera également pour une nouvelle version rafraîchissante du logo, du site Web, du magazine «ABOUT OSTEOPATHIE» et de la newsletter mensuelle.